Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

vendredi 15 août 2014

Mes grossesses fabuleuses, épisode 4 : 2 ans plus tard l'arrivée de ma princesse, ma Chouquette

Hé oui, 1 an plus tard, mon second test positif, mon second bébé, l'aventure recommençait c'etait repartis pour 9 mois de questionnements.

Grossesse similaire à la précédente des nausées encore plus dosées qu'au premier épisode, une sciatique un peu plus présente mais dans l'ensemble une grossesse banale.

Le jour J arriva, cette journée là je me sentait beaucoup plus fatiguée que les précédentes, je me trainait depuis un temps mais ce jour là j'avais eut besoin de dormir en plus des longues nuit que je prenait, une sieste tôt dans la soirée, épuisé le corps donnait des signes de fatigues de tout les cotés, je sentait en plus de tout une lourdeur avant de m'endormir, et au réveil des signes qui ne trompais plus vraiment.

9SA
Chouquette a 9SA
1h après mon réveil je perdait le bouchon muqueux , je savais que c'etait le moment, les douleurs se répétant tout les 5 minutes cette fois la, je préparait chéri a partir, oui oui chéri en soirée, et c'est pas une fausse alerte ... !

23h nous prenons la route, 1heure de route encore nous attendais mais cette fois ci j'avais opté pour une clinique n'ayant plus vraiment confiance dans le traitement de la femme dans les hôpitaux public (voir mon accouchement précédent).

Cette fois ci, je n'ai pas crier dans la voiture bizarrement le travail a été plus doucement sur le début, la radio était allumé et je chantait entre les contractions pour me détendre, je respirait à chaque contractions, je gérait, je me disait que si je tenais bon sans cris ou de hurlements , je pourrais peut être éviter de casser les oreilles des personnes m'entourant ce soir là...

Nous arrivons à la maternité il est 02h car nous sommes passé déposer Pilou chez mes parents, nous sommes réceptionnés, puis je suis examiné, je suis à 3 cm, je sent les contractions de plus en plus douloureuse, toujours espacées de 5 mn.
Je suis sous monitoring, les contractions semblais moins élevés sur la machine et pourtant elle s'intensifiait pour moi.
La sage femme reviens regarde les écritures de sa machine, et pour elle, il vaudrais mieux que les contractions cessent, je ne vais pas accouché ce soir ... Et pourtant je savais très bien a 100% que ce serait le cas, elle ne voulais pas me croire, elle me dit : "on vous met en chambre on verra demain matin" !
Je répond que elle me reverra d'ici 30 minutes je sais que je suis au seuil maximum de ma tolérance, les prochaines contractions vont commencer à me faire couiner !

Arrivé en chambre il est 03h30, chéri part fumer une cigarette, 2 contractions se passent, je hurle à la mort seul dans cette chambre, à l’étage des femmes ayant déjà accouchés, j'ai peur de réveiller tout le monde ...
Je sonne à la sonnette, une jeune personne arrive et me demande si ça va je hurle que non pendant la contraction, puis elle me conduit à l’ascenseur, je marche comme je peut j'ai mal, je rentre dans l’ascenseur et j'ai mal une autre contraction, je m'assoie au sol tordue de douleurs, elle me regarde avec des gros yeux, je cri je pleure je hurle.

J'arrive en bas il est 04h00, je suis mise en salle d'accouchement, chéri me rejoint, je suis perfusé, tout s’accélère, je hurle re-hurle me tord, frappe partout,accroche le lit, cri "arrêtez moi ça" stoooooop, j'en peut plus, elle est ou cette péridurale !
Rien ne va, je crois mourir c'est encore pire que dans mes souvenirs.

Ma puce
Ma chouquette à la naissance
 On me pose la péridurale il est 05h00 c'est difficile il me pique au moment ou j'ai une contraction je ne doit pas bougé j'ai mal  je pleure je serre les dents, je suis crampé de partout , enfin, elle est posée, et pourtant je ressent toujours les contractions 14 minutes plus tard, sous l’évidence que ça n'a pas marché et hurlant sur l'anesthésiste que c'est de "l'eau" sa péridurale, la sage femme regarde et dit : 5 cm , poche des eau bombé.

Je suis dans un triste état, les contractions me tiraille elle sont atroce a ce moment la , je me remet en position pour poser la péridurale mais je n'y crois pas, je sais, je le sent, je ne vais pas pouvoir y arriver, je me dit que je la veux mais je sent qu'il y a une dose de douleurs à chaque contraction beaucoup trop forte et que je ne pourrais pas ne pas bouger.

Quand soudain a quelques seconde de me piquer, elle était la à la sortie , j'ai du bouger et me mettre a califourchon devant l’anesthésie, tout le monde criait paniquer, la sage femme ne pensais pas que mon bébé se présentait, l'anesthésiste à juste eut le temps de dire: "euhh oui il y a quelque chose",que j'ai entendu: "mettez vous vite sur le dos" mais je ne savais plus trop ce que mon corps faisait ou allait, j'ai quand même réussit à me mettre sur le dos, et à ce moment la elle est sortie, elle était la, sortie en express , il était 05h26 et Papa était dans le couloir à attendre qu'on me pose simplement une péridurale...

J'entendais les cri de ma puce, mais j’étaie choqué, la sage femme aussi, ma homme arrivait enfin, j'étaie déçue qu'il ai loupé le moment, il coupa le cordon car je l'avais mentionné dans mon projet de naissance le souhait de faire couper le cordon par le Papa donc ils ont attendu. Il l'avait dans ses bras mais j'étaie toujours sur ce lit, pleine de sang de partout, fatiguée et choquée. Je reprenait mes esprits pendant que l'ont me cousait un point de suture (ouf 1 seule point) .

Enfin, mon homme me donna ma merveille, ma puce, ma petite princesse ma Chouquette, elle était la, non ce n’était pas un rêve j’étaie maman pour la seconde fois, je revivais ce bonheur, ce petit être si fragile et merveilleux qui nous regardais.

Chouquette
Ma chouquette
J'ai souffert encore une fois mais je ne regrette toujours pas, j'ai mal vécus l'accouchement à chaque fois mais je suis ne suis pas la seule femme sur terre avoir souffert, et puis c'est un passage obligé qu'il faut accepté, c'est certaine c'est mieux quand on a pas mal ou que cela se passe au mieux, mais tant que le résultat de "l'opération bébé" est là, c'est une certitude on oublie tout ce mal et on vois le précieux de la vie.    


                                                                                                                                                        Amanda



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire ? C'est ici !