Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mardi 16 septembre 2014

Te donner la vie, ce combat #2 : L'accouchement de Nounou

Si tu as loupé la grossesse de ma puce je t'invite a lire mon billet ici :

Voilà comment s'est déroulé l'accouchement de ma Nounou




À 4h34 du matin, le 19 février, je ressens en pleine nuit une envie d'aller aux toilettes, j'ai à peine le fessier hors du lit que je sens du liquide couler. 
Je cours aux toilettes pensant que je me faisais dessus. J'applique les règles de la maternité, mettre une protection et attendre. Je préviens papa C. qui dormait profondément, il me répond "mais non ma belle vient te recoucher", à peine sa phrase terminée, il se rendit compte que mon pyjama était trempé, il fallait se lever. 
Je me sens zen, je sais que tu seras près de moi d'ici quelques heures. 
J'ai une heure devant moi, quelques contractions, je décide donc de prendre une douche pendant que papa C. déjeune.
Nous partons ensuite à la maternité qui se trouve à quelques kilomètres. 
Une fois sur place, la sage femme vérifie qu'il s'agit bien de liquide, la fréquence des contractions et le col. 
Trente Minutes plus tard, elle me dit que tu vas bel et bien arriver et que le travail pouvait prendre quelques heures ( Si j'avais su ... ) .
Elle m'installa en chambre, mais préconisait de marcher. 
Papa C. était impatients, il ne savait pas comment m'aider, le simple fait de le savoir présent me rassurais . 

Nous avons passé la journée du 19 février à marcher dans l’Hôpital. Les sages femmes m'ont mises sous antibiotiques pour ton bien-être et mon demander d'essayer d'accélérer tout cela en marchant beaucoup.
Vers 18h30, nouveau monitoring et de nouveau des antibiotiques.Tu va bien je suis rassurée. Le liquide est suffisant, mais les contractions pas assez fortes pour que tu engage une descente correcte. Je commence à être fatiguée, mais j'ai le moral, les contractions sont pourtant présentes et douloureuses. Plus que quelques heures, et tu es avec moi.
  Je crois profondément à cela mais il n'en sera rien.


Nous voilà le 20 février, après une brève nuit (ma partenaire de chambre avait accouchée et son petit avait hurlé toute la nuit), je me sens vidée, fatiguée, mais je sais que la fin est proche. 
 Papa C. me rejoint vers 9h30, nous passerons la journée à monter et à descendre les escaliers, sans résultats probants, impossibles de dormir ou de me reposer pour t'aider ma puce.
  Ma compagne de chambre reçoit beaucoup de monde, je suis gênée, je n'arrive plus à gérer les contractions, surtout quand on me regarde !! 


Vers 20h30, je craque, lors du passage de la sage femme, je fonds en larmes. 
Je demande à quitter cet Hôpital, je suis la depuis la veille, et toi, je ne t'ai toujours pas rencontrer. 
Pourquoi ne m'a-t-on pas aider ?
Pourquoi m'a ton laissé souffrir depuis hier ? 
La sages femmes essaient de me rassurer, elle veulent me faire une piqure pour arrêter le "faux travail" ( apparemment j'avais des vrais et des fausses contractions ), je refuse dans un premier temps cette piqure. 
Non, cela retarderait ton arrivée !!!
Puis 15 min plus tard après avoir discuté avec Papa C. au téléphone, j'ai accepté cette piqure. 
30 minutes après je dormais. 


Nous voilà le 21 février 2010, 8h00 du matin, réveillée par une douleur atroce, j’appelle d'urgence papa C.
 Je crois que ça y est, je vais te rencontrer, il étais temps. 
8h45, on m'examine, le col est déjà ouvert à 4 cm. Placée en salle de pré-travail, on me pose la péridurale. Je n'ai absolument rien senti de la piqure, j'étais tellement concentrée sur ma respiration.
  J'étais zen et détendue. Les sage femmes étaient étonnées que je soit si calme pour un premier bébé. 
11h30 mon col est ouvert a 6 cm, je suis en salle de travail. 
 Les médecins prennent la décision de donner un "coup de pouce " en me donnant de l’ocytocine dans la perfusion. 
Tout s'accéléra, je ressentais tout, j'avais mal. La péridurale ne fonctionnait plus que d'un coté, c'était l'horreur. 
14h03, mon col est complètement dilaté. 
Je suis épuisée. 
Il faut pousser, oui, mais comment ? ! 
 J'ai marché non-stop pendant deux jours,je n'ai plus de forces. Je sens que je n'y arriverais pas. Je ne gère plus rien. 
Je regarde le pendule déjà 30 min de poussée et tu n'avances pas, tu semble comme bloquée dans mon bas ventre ... 
14h40 il y a un souci, vite papa C. doit sortir, et c'est la panique pour moi, je ne comprends plus rien. 
Ils prennent les forceps, trois sages femmes sur mon ventre et on y va on pousse !!!

14h45. Je t'aperçois enfin, je pleure, tu es sur moi, je ne réalise pas. 
Tu commences à téter, Papa C. nous a rejoins et à couper le cordon. 
 Il est très ému. 
Nous aurons ensuite deux heures de peaux à peaux. 

Tu est là, mon ange à moi.




J'ai appris ce jour là ce que voulait dire "Devenir une maman" .








                                                                                                                               Sophie

4 commentaires:

  1. Rien de plus beau que de devenir maman ♥

    RépondreSupprimer
  2. 21 février ? chez nous aussi ce jour est fêté !! c est le jour de la naissance de ma fille .Mais chez nous l'accouchement s'est passé plus simplement .http://alacasadanais.canalblog.com/archives/2015/02/20/31502797.html
    Mais l'arrivée d'un bébé c est toujours merveilleux ;)

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire ? C'est ici !